Contribution IP

Contribution :
Professionnaliser l’université aujourd’hui pour une insertion professionnelle réussie demain

L’insertion professionnelle, 3ème mission des universités depuis la loi LRU de 20071, est une problématique grandissante et représente des enjeux considérables, tant pour les étudiants, car elle constitue l’aboutissement de leur formation, que pour les universités, qui se doivent d’adapter leur offre de formations afin de rester compétitives et attractives pour le monde professionnel. Les universités ont mis en place certains dispositifs pour améliorer cette insertion professionnelle, dispositifs cependant  loin d’être suffisants et efficaces.

De nombreuses améliorations sont primordiales. La contribution présentée par l’ARES vise à offrir des solutions nécessaires aux universités, afin qu’elles saisissent pleinement les enjeux liés à l’insertion professionnelle de leurs étudiants et qu’elles se saisissent de ces propositions afin d’améliorer cette insertion professionnelle.

S’agissant de la formation universitaire, l’apprentissage des nouvelles technologies, la mise en place de projets professionnels (jeux d’entreprises…) ou encore un apprentissage renforcé des langues étrangères sont des enseignements nécessaires pour améliorer la formation des étudiants et l’adapter au regard des évolutions du marché du travail.

Pour la formation professionnelle, une généralisation du stage à tous les cycles universitaires (licence, master, doctorat), le développement de l’alternance ou encore l’accompagnement des néo-diplômés sont des pistes de réflexion à entamer pour améliorer l’employabilité des étudiants à l’issue de leur parcours universitaire.

Par ailleurs, des interactions accrues entre le monde estudiantin, le monde universitaire et le monde professionnel sont la clef de cette adaptation des universités et de leur offre de formations aux besoins du marché du travail.

L’ARES et son réseau, se basant sur les propositions de cette contribution, s’emploieront à les voir mettre en place au sein de nos universités, par le biais de ses élus étudiants mais également par le biais des pouvoirs publics actuels, afin d’améliorer l’insertion professionnelle des étudiants en sciences sociales.

Contribution IP