Etre étudiant en économie/gestion

La méthodologie de travail

La méthodologie de travail est un élément incontournable si vous souhaitez réussir vos études. Nous vous présenterons ici quelques conseils méthodologiques qui pourront vous accompagner tout au long de votre cursus.

La première chose à garder à l’esprit est qu’avant d’apprendre il faut comprendre. Les théories économiques et certains principes sont parfois bruts, abstraits et obscurs. Lors de vos études d’Economie-Gestion, n’oubliez pas que tout est logique, qu’il est parfois trop long de comprendre l’ensemble des théories et des outils abordés, mais que tout est lié.

Il est également important de disséquer son cours. Il est nécessaire de disséquer afin de repérer les liens logiques de chacune des parties du cours pour le comprendre dans sa globalité avant d’apprendre les détails. Ainsi, il est important de connaître et de maîtriser son plan de cours de manière à mieux se repérer.

Documentez-vous… un cours et sa formulation est une chose mais vous pourrez mieux l’assimiler et le comprendre en utilisant les livres à la bibliothèque universitaire. Ce qui est clair pour un prof d’université ne l’est peut être pas pour vous. Allez donc voir dans votre BU, elle regorge de livres portant sur votre thème de cours. Vous aurez une autre vision du cours, ce qui vous permettra également d’approfondir celui-ci avec des idées et des interprétations supplémentaires. N’ayez crainte c’est fortement conseillé !

Zoom sur “Comment rédiger une synthèse ?”

La synthèse est un exercice auquel vous serez très souvent confronté, que ce soit dans le but de synthétiser vos cours en « fiches » mais également plus tard, car il s’agit d’une pratique courante dans les entreprises. L’intérêt premier d’une synthèse est de rendre plus efficace son travail, et d’être capable de le rendre intelligible rapidement.

Dans le travail de synthèse, il est demandé d’aller à l’essentiel : lorsque l’on se retrouve devant un ensemble de données, et afin de les traiter le mieux possible, il sera plus facile de réduire le nombre d’éléments et donc de les synthétiser.

Ceci permettra en premier lieu de mieux comprendre l’ensemble d’une problématique donnée. Dans le cas d’un ensemble de documents, il faudra trouver les idées communes, mais également les informations contradictoires, complémentaires, et les mettre en lien.

La méthodologie de la synthèse n’est pas compliquée, mais sa mise en application peut s’avérer plus fastidieuse. C’est un mélange de compétences : analyse du texte, comparaisons des différents arguments, rédaction, etc. :

Lors de l’analyse et de la confrontation, il sera important de ne pas faire apparaître deux fois la même idée.

Lors de la rédaction, il sera essentiel de rester attentif à certaines choses. Dans un premier temps, évitez les « copier/coller ». Ensuite, un avis personnel n’est pas demandé. Il faudra donc faire attention de bien retranscrire les idées des documents, et non pas les siennes. Enfin, il est primordial d’ordonner les idées, l’enchaînement doit être cohérent et logique.

Astuce : Utilisez un brouillon lorsque vous devez faire une synthèse de plusieurs documents. Cela vous permettra de ne pas oublier d’éléments, et d’éviter les doublons.

Petit + : Faire la synthèse de vos cours est un très bon exercice, et cela favorisera grandement votre apprentissage. En effet, nous étudions beaucoup plus facilement quelque chose que nous aurons exprimés avec nos mots. De plus, si vous avez su les exprimer, cela veut dire que vous les avez comprises. C’est également un gain de temps énorme en période de révisions !

Témoignages

cesaireTémoignage de Césaire étudiant en 3ème année de Licence (L3) “Économie & Management”, parcours Management à l’Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II).

ARES : Raconte nous ton parcours en Licence d’économie :

C : Après un bac S, Sciences de l’ingénieur et une année en Classe Prépa ECS, j’avais le choix entre une équivalence en Histoire et redémarrer en première année d’économie.

Arrivé en L1, j’étais comme tout le monde : un peu perdu ! D’une part, je ne savais pas à quelle sauce j’allais être mangé et je n’avais jamais fait d’économie hormis l’heure hebdomadaire d’option économie en prépa. J’ai rapidement pu me familiariser avec les grands principes et mieux comprendre le monde qui nous entoure. Moi qui aime comprendre comment tout fonctionne, j’ai été servi ! La théorie du producteur, du consommateur, des marchés asymétriques, la formation des salaires, la théorie des jeux…

J’ai aussi goûté à la comptabilité de gestion, avec ses différentes méthodes pour déterminer les coûts de production et coûts globaux. La stratégie et la finance m’ont permis d’ouvrir les yeux sur ce qu’était réellement la gestion globale d’une entreprise. La simulation d’entreprise en L3 m’a fait prendre conscience de l’importance de ces outils ainsi que de la gestion financière de l’entreprise.

ARES : Que conseillerais-tu à un étudiant qui réfléchit à son orientation ?

C : Aujourd’hui, si je sortais à nouveau du bac, j’irais directement en première année d’Eco-Gestion. Surtout que ma faculté propose désormais des examens réguliers pour inciter à travailler chaque matière plus régulièrement ainsi que des systèmes de cours de soutiens pour ceux qui dé- crochent malgré les incitations au travail.

Plus besoin d’aller en IUT, par essence plus spécialisé et technique, pour bénéficier d’un encadrement pédagogique.

ARES : Et maintenant, vers quoi tu te destines ?

C : Le marketing, la stratégie et logistique font partie de mes matières de prédilection, je compte poursuivre leur étude en Master toujours dans ma faculté.

Au vu des débouchés, je pense ne pas me tromper de voie, je bénéficierai à la fois de connaissances théoriques et pratiques solides ainsi que des périodes de stages importantes.


Témoignage d’Emilie étudiante en 2ème année de Licence (L2) “Économie & Gestion”, mention Sciences économiques et gestion à l’Université d’Angers.

ARES : Au niveau du parcours en Économie, était-ce que tu imaginais au début ?

E : J’ai choisi la licence Économie et Gestion pour me donner le temps de la réflexion sur mon orientation, avec comme objectif à long terme de préparer des concours de la fonction publique ou de l’armée.

Les études en économie offrent des débouchés bien plus variés qu’on ne l’imagine, ainsi qu’une importante ouverture d’esprit sur le monde! Je me destine désormais au management hôtelier, et pourquoi pas à la création d’entreprise.

ARES : Y a-t-il un événement, une matière ou un enseignant qui marque ton cursus, et pourquoi ?

E : L’enseignement qui m’a vraiment marqué est la microéconomie. Les théories développées, bien que basées sur des modélisations mathématiques, ne prennent leur sens qu’une fois placées dans un contexte plus humain, moins rationnel. Au delà des compétences acquises, les cours de microéconomie m’ont permis de prendre conscience de la complémentarité entre le scientifique et l’humain : en économie plus qu’ailleurs, l’un en va pas sans l’autre !

Guide des études en économie