La filière économie-gestion

Y a-t-il une science économique ? Sans doute pas, si l’on s’en tient à la définition stricte de ce qu’est une science. Mais, dans le fond, peu importe. Car ce qui est certain, c’est que la réalité économique existe, qu’on doit chercher à la connaître et à la comprendre (même si c’est sans se faire d’illusions), pour le plaisir que procure toute connaissance et parce que personne ne se satisfait de la réalité telle qu’elle est. Si l’on veut transformer la réalité, ou l’améliorer, il faut essayer de la connaître le mieux possible – tout en sachant que cette connaissance ne peut être qu’approximative, historiquement datée et géographiquement située (B. GUERRIEN, économiste français et maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.)

Pourtant, qu’y a-t-il de plus ennuyeux à première vue que l’économie avec ses chiffres en cascades et ses problèmes abscons ?

Lorsque l’on parle Économie, on entend souvent parler que de mathématiques et de formules interminables illustrées par de nombreuses caricatures. Pourtant, les étudiants en économie-gestion étudient des matières aussi variées que la micro-économie, la macro-économie, la comptabilité, le marketing ou encore les statistiques dans le but de cerner les mécanismes régissant nos économies modernes.

Grâce à l’étude des modélisations au niveau micro-économique (consommateurs, entreprises, au niveau de leurs individualités) ou macro-économique (circuit, agrégation d’indicateurs, etc.), ainsi que les éléments de pensée économique, l’étudiant appréhendera la majorité des théories économiques.

Ils acquièrent donc des compétences multiples telles qu’une compréhension des relations de causes à effets, une réflexion économique multi-scalaire, un esprit d’analyse, un esprit critique et un raisonnement parfaitement structuré.

Ainsi, les véritables atouts de l’économiste sont qu’en ayant acquis ce savoir théorique, il sera aussi capable de l’appliquer à notre économie contemporaine. Il pourra expliquer en certains points les crises mondiales que nous pouvons subir, tout en oubliant pas, comme le précise Bernard Guerrien, que “cette connaissance ne peut être qu’approximative, historiquement datée et géographiquement située”. Et c’est lorsque l’on s’attèle à comprendre si l’économie est une science, que le schéma des études de la discipline prend tout son sens : la Licence d’Economie-Gestion va mêler l’apprentissage de nombreux outils, tant sociologiques, mathématiques que théoriques, dans l’optique d’acquérir le bagage nécessaire à la compréhension de la réalité et des phénomènes économiques.

Alors que certains pensent que l’économie n’est qu’une chose théorique, l’étudiant comprend rapidement que les côtés théoriques et pratiques sont en réalité indissociables. Ces étudiants font preuve à la fin de leur cursus, d’une ouverture d’esprit, d’un esprit de synthèse et d’autonomie leur permettant de s’accomplir dans des professions toutes aussi différentes les unes que les autres, gage d’une polyvalence incontestable.

  1. La méthodologie de travail

    La méthodologie de travail est un élément incontournable si vous souhaitez réussir vos études. Nous vous présenterons ici quelques conseils méthodologiques qui pourront vous accompagner tout au long de votre cursus.

    La première chose à garder à l’esprit est qu’avant d’apprendre il faut comprendre. Les théories économiques et certains principes sont parfois bruts, abstraits et obscurs. Lors de vos études d’Economie-Gestion, n’oubliez pas que tout est logique, qu’il est parfois trop long de comprendre l’ensemble des théories et des outils abordés, mais que tout est lié.

    Il est également important de disséquer son cours. Il est nécessaire de disséquer afin de repérer les liens logiques de chacune des parties du cours pour le comprendre dans sa globalité avant d’apprendre les détails. Ainsi, il est important de connaître et de maîtriser son plan de cours de manière à mieux se repérer.

    Documentez-vous… un cours et sa formulation est une chose mais vous pourrez mieux l’assimiler et le comprendre en utilisant les livres à la bibliothèque universitaire. Ce qui est clair pour un prof d’université ne l’est peut être pas pour vous. Allez donc voir dans votre BU, elle regorge de livres portant sur votre thème de cours. Vous aurez une autre vision du cours, ce qui vous permettra également d’approfondir celui-ci avec des idées et des interprétations supplémentaires. N’ayez crainte c’est fortement conseillé !

    Zoom sur “Comment rédiger une synthèse ?”

    La synthèse est un exercice auquel vous serez très souvent confronté, que ce soit dans le but de synthétiser vos cours en « fiches » mais également plus tard, car il s’agit d’une pratique courante dans les entreprises. L’intérêt premier d’une synthèse est de rendre plus efficace son travail, et d’être capable de le rendre intelligible rapidement.

    Dans le travail de synthèse, il est demandé d’aller à l’essentiel : lorsque l’on se retrouve devant un ensemble de données, et afin de les traiter le mieux possible, il sera plus facile de réduire le nombre d’éléments et donc de les synthétiser.

    Ceci permettra en premier lieu de mieux comprendre l’ensemble d’une problématique donnée. Dans le cas d’un ensemble de documents, il faudra trouver les idées communes, mais également les informations contradictoires, complémentaires, et les mettre en lien.

    La méthodologie de la synthèse n’est pas compliquée, mais sa mise en application peut s’avérer plus fastidieuse. C’est un mélange de compétences : analyse du texte, comparaisons des différents arguments, rédaction, etc. :

    Lors de l’analyse et de la confrontation, il sera important de ne pas faire apparaître deux fois la même idée.

    Lors de la rédaction, il sera essentiel de rester attentif à certaines choses. Dans un premier temps, évitez les « copier/coller ». Ensuite, un avis personnel n’est pas demandé. Il faudra donc faire attention de bien retranscrire les idées des documents, et non pas les siennes. Enfin, il est primordial d’ordonner les idées, l’enchaînement doit être cohérent et logique.

    Astuce : Utilisez un brouillon lorsque vous devez faire une synthèse de plusieurs documents. Cela vous permettra de ne pas oublier d’éléments, et d’éviter les doublons.

    Petit + : Faire la synthèse de vos cours est un très bon exercice, et cela favorisera grandement votre apprentissage. En effet, nous étudions beaucoup plus facilement quelque chose que nous aurons exprimés avec nos mots. De plus, si vous avez su les exprimer, cela veut dire que vous les avez comprises. C’est également un gain de temps énorme en période de révisions !

  2. Les formations en économie

    Licence

    Les licences en économie sont généralement associées à la gestion en L1 et L2. Elles peuvent être également bi-disciplinaires. Ainsi, l’économie peut être associé aux mathématiques appliquées, à la finance, au droit, à l’informatique, etc…

    En L1, l’accès est possible pour tous les bacheliers. Ces licences sont conçues pour des débutants en économie. Elles te demanderont cependant de bonnes capacités en mathématiques. Ainsi, les bacheliers ES, option mathématiques et S sont les plus à l’aise.

    Le programme se compose de matières très diverses mais rapportées le plus souvent aux mathématiques. Ainsi voici quelques matières que tu pourras étudier : macroéconomie, microéconomie, histoire économique, économie monétaire et financière, mais aussi mathématiques, statistiques, analyse de données, informatique, gestion et langues. L’acquisition des méthodes de l’économiste représente une part importante du programme.

    A la fin de ta deuxième année de licence, tu auras le choix entre plusieurs options. Tu peux continuer ta licence en économie ou te tourner vers un parcours de gestion en intégrant un IAE par exemple. Tu peux également bifurquer vers une licence professionnelle en commerce, gestion, comptabilité ou banque.

    Pour plus d’informations sur les licences en économie, rendez-vous sur la cartographie des licences

    Licence professionnelle

    Les licences professionnelles en économie sont accessibles à des étudiants ayant validé un cursus universitaire à BAC +2 (BTS, DUT, L2). Ce sont des licences avec de multiples spécialisations (commerce, marketing, gestion, banque, assurance…) te permettant ainsi d’obtenir une spécialisation dans un métier précis.  A l’issue de cette licence, tu peux ainsi intégrer directement le monde professionnel grâce aux caractéristiques spécifiques liées à ta licence professionnelle.

    L’accès à l’IAE

    Tu as validé ta L2 en Économie ? Alors tu peux accéder à une L3 en IAE. Les modalités d’admission peuvent être différentes selon les universités. En effet, certaines universités proposent un accès avec un entretien oral uniquement alors que d’autres recrutent avec le Score IAE Message suivi d’un entretien.

    Master

    Le Master en économie donne une formation en économie quantitative de haut niveau tant du point de vue théorique que du point de vue appliqué. Ce master intègre principalement des cours obligatoires tels que la microéconomie, la macroéconomie, les langues. Ce master intègre également des matières optionnelles qui permettent à l’étudiant de se spécialiser ensuite dans son master 2. Ce master peut se décliner en plusieurs mentions bien distinctes en fonction des Universités mais aussi du projet de l’étudiant pour son master 2 (économie internationale, économie du développement, économie et management public…)

    Le Master en économétrie est en général associé aux statistiques. Un des objectifs essentiels est de donner aux étudiants la maîtrise d’un ensemble d’outils techniques indispensables pour travailler dans un service réalisant des études quantitatives au sens large. Le Master Économétrie offre aux étudiants l’opportunité d’acquérir une formation sur deux ans dans les domaines de l’analyse économique quantitative et de l’aide décisionelle . La dualité de cette formation, à la fois théorique et appliquée, permet d’acquérir des compétences reconnues tant dans le monde professionnel que dans le cadre de la préparation d’un doctorat d’économie appliquée.

    Le Master Banque-Finance-Assurance a pour objectif de permettre aux étudiants d’accéder aux métiers très qualifiés de la finance ou de la banque. Pour ce faire, il associe une formation théorique de haut niveau à des enseignements professionnels répondant aux exigences de formation de futurs cadres de la Finance, de la Banque et de l’Assurance. Dans la spécialité Banque-Finance-Assurance, les étudiants accèdent à des compétences en ingénierie financière leur permettant de maîtriser la conception des produits financiers. Ils acquièrent par ailleurs des compétences dans le domaine commercial, grâce à un enseignement spécialisé en marketing. A ce titre, ils développent une double compétence en ingénierie et commercialisation des produits financiers.

    Le Master MIAGE permet d’obtenir une double compétence en informatique et en gestion, destiné à former des cadres d’entreprise, des experts en ingénierie et management des systèmes d’information. L’aspect professionnel est une caractéristique majeure de la formation, que ce soit par la présence d’intervenants extérieurs dans le corps enseignant ou par l’expérience acquise lors des stages obligatoires ou des formations en apprentissage.

    Pour plus d’informations sur les masters en Économie, rendez-vous sur la cartographie des masters

    Les instituts d’études politiques (IEP)

    Le principal but des IEP est de te permettre d’acquérir une culture générale et une capacité d’analyse solide ainsi qu’une aisance à l’oral, par le biais d’un enseignement pluridisciplinaire en sciences sociales (notamment droit, économie, sciences politiques, histoire et relations internationales). Ce qui fait de ses diplômés des collaborateurs très recherchés pour des postes à responsabilité en entreprise ou dans la fonction publique.

    La plupart du temps lorsque tu intègres un master d’économie, tu te diriges plutôt vers l’enseignement, la recherche ou la finance. Cependant il est également possible de te diriger vers un master de gestion suite à une licence d’économie notamment par le biais des masters en IAE.

    Doctorat

    Le doctorat est un diplôme accessible à la sortie du master te permettant d’associer la partie recherche et la partie enseignement. Le doctorat est un cycle universitaire de trois ans avec un thème de recherche bien précis.  A la fin de ce cycle il faut rendre une thèse sur le thème économique étudié.

  3. Les formations en gestion

     Bac + 2 : les DUT 

    DUT Gestion des Entreprises et des Administrations

     Certains IUT proposant des DUT GEA offrent des spécialisations uniques à leurs étudiants. Cependant, les options les plus communément proposées concernent les RH, la Finance-Comptabilité ou la gestion de PME. Selon les partenariats internationaux des IUT et des universités, des échanges à l’étranger peuvent être parfois possibles, dans le cadre de votre formation en DUT GEA.

    L’objectif de ce diplôme est de t’apprendre les bases pour occuper des fonctions administratives en entreprise, et notamment dans différents domaines de gestion

    DUT Techniques de commercialisation

    Le titulaire de ce DUT est un collaborateur commercial polyvalent capable de vendre, acheter, distribuer, gérer des stocks. Tu exerceras surtout des fonctions dans la grande distribution, l’industrie, la banque ou dans une société de transport ou d’assurances. En début de carrière, tu occupes généralement un poste de commercial, de représentant, de chargé de clientèle ou de chef de rayon. Après une première expérience, tu pourras devenir cadre moyen, entrer dans une direction commerciale ou encadrer des équipes de vente.

    Ta formation généraliste te permet de t’adapter rapidement à de nombreux environnements ou fonctions. Tu connais le droit commercial, la comptabilité de gestion, les logiciels de bureautique et de gestion. En gestion commerciale, tu es capable d’utiliser les techniques de la mercatique, de la promotion des ventes et de la négociation. Au cours de ta formation, tu as pu explorer plus particulièrement un secteur (le tourisme par exemple) ou une gamme de produits.

    Certaines orientations de ce DUT peuvent se faire dans un autre pays européen : en Allemagne pour l’orientation gestion touristique, en Espagne pour l’orientation commerce affaires et développement des relations économiques.

    Gestion administrative et commerciale des organisations

    Le titulaire du DUT GACO est un gestionnaire polyvalent. Tu évolues dans une organisation privée ou publique, à des postes de collaborateur ou d’assistant de la direction générale, d’un chef d’entreprise, d’une direction fonctionnelle ou d’un centre de profits. La polyvalence de ta formation te permet d’accéder à d’autres métiers dans le tertiaire notamment assistant comptable, assistant commercial ou ressources humaines, etc…

    Tu peux, en effet, assurer des fonctions étendues en comptabilité de gestion, fiscalité, en gestion financière et juridique, suivi des clients et administration commerciale. Tu possèdes également des compétences en communication, bureautique et ressources humaines.

    Tu prends en charge une partie des tâches administratives de l’entreprise et travailles en relation avec des interlocuteurs extérieurs : experts-comptables, organismes sociaux

     

    Bac + 3

    Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) 

    Le Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) est un diplôme très recherché et très prisé sur le marché du travail dans la mesure où il requiert une approche pluridisciplinaire tant dans le domaine de la comptabilité, de la gestion, de la fiscalité que dans les matières juridiques.

    Le DCG se prépare sur une période de trois années, et est composé de 13 matières parmi lesquelles on retrouve l’introduction au droit, le droit des sociétés, le droit social, le droit fiscal, la comptabilité générale et approfondie, la finance d’entreprise, le contrôle de gestion, l’économie, le management et l’anglais appliqué aux affaires…

    Licence

    Licence Economie-Gestion

    Cette mention aborde le fonctionnement d’une économie (macroéconomie), le comportement des acteurs économiques (microéconomie) et les problèmes économiques contemporains. L’acquisition des outils de l’économiste (mathématiques, statistiques, informatique) représente une part importante du programme. Il existe différents parcours au sein de la licence : analyse économique, finance-comptabilité, sciences de gestion, économie et société variables selon les universités à choisir en fonction du projet professionnel.

    Licence Gestion

    La licence Gestion te donnera une solide formation de base à la gestion. Les enseignements dispensés permettent l’acquisition des connaissances et compétences nécessaires à la poursuite d’études en master dans les divers domaines de la gestion d’entreprise. L’insertion professionnelle est également possible directement après la licence sur des métiers variés : assistant de gestion, commercial, contrôleur de gestion, etc.

    La licence est une formation généraliste clairement orientée vers le monde professionnel. Les enseignements portent sur :

    Les grandes fonctions de l’entreprise : administrative, comptable et financière, commerciale, système d’information, ressources humaines, logistique, etc…

    L’environnement de l’entreprise : économique, juridique, social, marketing, sociétal, culturel, etc…

    L’utilisation professionnelle des langues étrangères.

    Deux stages te sont proposés sur l’ensemble du parcours, dont un de 8 semaines minimum en dernière année de licence pour t’apporter une part de professionnalisation au diplôme.

    Pour plus d’informations sur les licences en gestion, rendez-vous sur la cartographie des licences

     

    Bac + 5

    Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG)

    Le Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) est composé de 7 unités d’enseignement (U.E), chacune correspondant à une épreuve, dont un stage d’une durée minimum de douze semaines donnant lieu à mémoire et à soutenance.

    5 épreuves écrites : Gestion juridique, fiscale et sociale, Finance, Management et contrôle de gestion, Comptabilité et audit, Management des systèmes d’information ;

    2 épreuves orales : Economie (partiellement en anglais), Relations professionnelles ;

    1 épreuve écrite facultative de langue étrangère (au choix du candidat allemand, espagnol, italien).

    Master

    Il existe dans les IAE sept grands domaines de formations à niveau master :

    Comptabilité-Contrôle-Audit

    Le master en Comptabilité Contrôle Audit est un diplôme de troisième cycle universitaire se préparant en deux années. Il s’agit d’un des deux diplômes de référence dans la formation universitaire à l’expertise comptable et au commissariat aux comptes, l’autre diplôme étant le DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion). Ces deux diplômes sont réalisés en étroite collaboration avec ces milieux professionnels

    Ressources humaines

    Le master Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de :

    Te former aux différents métiers et fonctions de la GRH en entreprise (privée, publique), en structures spécialisées (OPCA, cabinets de conseil, recrutement, reclassement…) et leur apporter l’expertise nécessaire à la tenue de missions spécialisées (GPEC, RPS, RSE, relations sociales…).

    Te former au management des équipes : assistant RH, gestion des cadres, responsable formation, chargé de recrutement, chargé de mission, RRH, DRH, responsable emplois, manager d’unité, directeur de structure, chef de département, consultant en management / RH, responsable de service, chargé de projet…

    Te former aux métiers de la formation : coach en développement, responsable d’agence, chef de service d’organisme de formation, consultant en formation, formateur-coordinateur, chef de projet de formation, ingénieur de formation, …

    Marketing-Vente-Commerce

    Le Master Marketing, Vente, Commerce a pour objectif de former des spécialistes de la relation client autour des métiers du marketing, de la vente et de la communication. La première année permet d’acquérir de solides connaissances fondamentales afin d’appréhender les fonctions marketing et commerciales sous leurs différents aspects. La deuxième année, pour répondre aux attentes du marché de l’emploi, propose des parcours portant sur les métiers (marketing et commerciaux) et sur les secteurs d’activités : services, grande consommation, business to business et digital.

    Communication

    Le master Communication a pour ambition de préparer aux différents métiers du secteur de la communication ou du management des médias. Il vise à former des étudiants aux fonctions stratégiques et opérationnelles du marketing et de la communication.

    Logistique

    Le master « Management Logistique et Stratégie » vise globalement à développer les savoir-faire et savoir-être comme :

    Faire un diagnostic de la gestion d’une supply chain et formuler des propositions d’amélioration ;

    Faire un diagnostic stratégique et élaborer un business plan associé aux propositions ;

    Mettre en place des outils de pilotage logistique et/ou stratégique ;

    Exploiter des innovations technologiques et/ou managériales et d’explorer de nouveaux schémas d’affaires.

    Intégrer dans des équipes transversales, pluridisciplinaires et multiculturelles ;

    Travailler à la fois en autonomie et en équipe

    Participer à des activités articulant pression opérationnelle et réflexion stratégique ;

    Participer à des prises de décision complexes.

    Achats

    Ce Master vise à former de futurs managers de la fonction Achats en mesure d’exercer de façon éthique et responsable. Aussitôt opérationnel, tu sauras évoluer dans des environnements disruptifs et internationaux, confrontés à des évolutions technologiques et géopolitiques. Tu deviendras une force de proposition et d’action constante et novatrice, face à des problématiques complexes d’approvisionnements, sur des marchés incertains et évolutifs.

    Monnaie-Banque-Finance-Assurance

    Le master mention Monnaie, Banque, Finance, Assurance (MBFA) vise à te donner une formation approfondie en sciences économiques et de gestion. Ce master est à la fois à orientation recherche et professionnelle. Il vise à te préparer à la connaissance des pratiques et des cultures liées aux marchés et aux institutions financières. Il combine l’analyse de la dimension contemporaine avec une approche comparative analytique, par exemple des crises financières dans le monde et dans le temps.

    A l’issue de la formation, tu seras capable de :

    Comprendre le contexte économique et social, et pouvoir en tirer des conséquences

    Savoir analyser l’impact de mesures de politique économique sur la conjoncture économique, sur les entreprises

    Comprendre et évaluer les situations de gestion dans les entreprises

    Rédiger un rapport d’étude

    Animer des réunions en français et en anglais

    Pour plus d’informations sur les masters en gestion, rendez-vous sur la cartographie des masters

    Bac +8 

    Diplôme d’Expertise Comptable

    Le Diplôme d’Expertise Comptable (DEC), de niveau Bac +8, est la dernière étape du cursus de comptabilité, après les diplômes de DCG et le DSCG. C’est un diplôme obligatoire pour exercer la profession d’expert-comptable, comparable à un titre d’ingénieur ou un 3ème cycle d’études universitaires.

    Le DEC est délivré aux titulaires du DSCG qui ont accompli un stage professionnel de trois ans rémunéré, sous le contrôle de l’ordre des experts-comptables et des comptables agréés. Les candidats en possession de cette attestation de fin de stage s’inscrivent aux trois épreuves constituant le diplôme d’expert-comptable.

    L’expert-comptable contrôle les comptes en période de bilan, établit des rapports périodiques et des comptes prévisionnels. Il synthétise les livres et les tableaux de bord des comptabilités clients ou fournisseurs, puis reprend les feuilles de paye des salariés. Il exerce également une fonction de conseil auprès des entreprises et les guide dans leur politique d’embauche, d’investissement et de développement.

  4. Les débouchés professionnels

    Un étudiant sortant de la filière Économique a la chance de posséder un diplôme complet et général qui ouvre autant de portes dans le secteur public que dans le secteur privé.

    Dans chacune de ces branches, les débouchés professionnels sont aussi divers les uns que les autres. De manière générale les secteurs accessibles grâce à ses études sont l’immobilier, l’informatique, l’urbanisme, le tourisme, les transports, les assurances, les banques, le management d’entreprise, la culture, la communication, etc. Ainsi, l’évolution des postes occupés pendant une carrière peut être importante, et il est rassurant de préciser que 28% des diplômés de Master en économie trouvent un premier emploi directement grâce à leur stage.

    Dans le secteur public

    D’une manière générale, il attire moins les jeunes économistes (25% seulement contre 75% dans le secteur privé), pourtant les débouchés y sont tout aussi intéressants.
    economie 2Les fonctions publiques sont pour la plupart accessibles sur concours (de catégories A, B, C) tels que celui d’adjoint administratif territorial de première classe, secrétaire administratif de préfecture ou encore contrôleur de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes.

    Dans tous les métiers cités au-dessus, ce qui est recherché chez les économistes c’est leur rigueur et leur capacité d’analyse. De plus en plus de jeunes économistes intègrent le secteur public, où ils occupent essentiellement des postes de cadre de la fonction publique.

    Les collectivités locales et territoriales constituent une source de nombreux emplois et de fonctions variées. Aussi, la mondialisation économique et la montée en puissance de l’Europe favorisent largement l’insertion des experts en gestion et en sciences économiques.

    Dans le secteur privé

    Les jeunes diplômés en Économie de l’université sont pour la plupart recrutés en tant qu’ingénieurs commerciaux, chargés de clientèle ou chargés d’études marketing. La moitié d’entre eux vont travailler dans les services aux entreprises (études de marché, publicité, informatique), les banques et les sociétés d’assurances. Cependant, ils sont aussi présents dans le commerce, l’hôtellerie, les services aux particuliers (associations).

    Les débouchés au sein du secteur privé sont donc multiples et vastes. Exploiter au maximum ses capacités pour être le plus efficace est la première chose demandée par les employeurs. Le cursus économique permet également aux jeunes diplômés d’occuper des postes à responsabilité. En communication par exemple, les tâches de directeur de communication, chargé de relations publiques/internes sont dans leurs compétences grâce à des matières comme la gestion ou la macroéconomie. Grâce à l’enseignement notamment des mathématiques, de la microéconomie et des statistiques, les économistes sont recherchés sur des postes de chargé d’étude en marketing, pour leur maîtrise des chiffres. Enfin, les postes d’auditeur externe/interne, chef comptable, expert comptable peuvent être cités dans le secteur de la finance et de la gestion, métiers qui demandent une forte présence sur le terrain et savoir gérer des situations de crises.

    Quelques chiffres

    19 % des jeunes diplômés sont recrutés comme spécialistes des activités tertiaires, qui regroupent les secteurs aussi divers que la banque, le tourisme, l’assurance, le transport et l’immobilier. La plupart des métiers proposés aux jeunes diplômés sont à dominante commerciale et comportent les missions d’analyse des besoins et de conseil. Les postes à pourvoir sont assez variés : chargé de clientèle, chargé d’études actuarielles, inspecteur commercial assurance…

    18 % des titulaires d’un diplôme d’Economie choisissent de travailler dans cette fonction, où les cadres sont en relation avec les unités de production et les services études de manière à faire « remonter » les besoins des clients. Là aussi, les métiers sont divers : chargé d’études marketing, chef de rayon, chef de produit VPC…

    15 % des jeunes diplômés sont recrutés dans cette fonction qui consiste à transformer les données économiques en outil d’aide à la décision. Les jeunes économistes réalisent des analyses conjoncturelles et structurelles, quantitatives et qualitatives qui éclaireront dirigeants d’entreprise, clients ou partenaires. En fonction des spécialités, les postes vont de chargé d’études économiques à chargé d’études aménagement en passant par analystes financier.

    13 % des économistes arrivant sur le marché du travail s’orientent vers cette fonction qui regroupe trois domaines : le contrôle de gestion (audit), la finance-trésorerie et la comptabilité. Ainsi, un jeune diplômé peut devenir assistant contrôleur de gestion, comptable ou auditeur junior.

    7 % des jeunes diplômés intègrent cette fonction, composée de deux domaines (la gestion des ressources humaines et la formation) pour y assumer des fonctions d’assistant en ressources humaines, d’animateur de formation ou de chargé d’études RH.


    Focus sur …

    Les cabinets de conseil

    Les cabinets de « chasseurs de têtes » (spécialisés dans le recrutement) ont diversifié depuis plusieurs années leurs activités pour ajouter à leur panel d’offres de multiples prestations comme le coaching professionnel, le conseil en gestion de carrières ou les procédures d’outplacement (ndlr : comment faire sortir un salarié d’une entreprise). Sur les 1 200 cabinets de recrutements en France, il y a donc de quoi faire !

    La porte d’entrée dans ces cabinets se fait généralement généralement par l’intermédiaire d’un emploi d’assistant de recrutement ou de responsable du recrutement. Ces métiers recouvrent, selon la taille et la structure des entreprises, une grande hétérogénéité des situations, ainsi que des niveaux de responsabilité plus ou moins larges. Sur le plan fonctionnel, l’activité s’exerce en étroite relation avec la direction et les responsables hiérarchiques des services de l’entreprise cliente.

    Et les missions sont très variées !

    Elaboration et mise en œuvre des moyens nécessaires à une optimisation ou une adaptation des ressources humaines aux finalités économiques de l’entreprise, application de la réglementation sociale en intégrant les règles et les procédures du droit du travail, relations avec les instances représentatives du personnel, élaboration de politiques de développement des ressources humaines…
    Bref, pas de quoi s’ennuyer !