Les métiers du droit

Les professions du droit

Les professions du droit sont nombreuses : juge, notaire, avocat, huissier, fonctionnaire, juriste d’entreprise etc. La plupart de ces professions ont une très longue tradition et sont organisées en « ordres ». En voici la présentation non exhaustive.


Les professions libérales et les officiers ministériels

Avocat : Profession libérale et indépendante, il défend ses clients, personnes physiques ou morales en justice, en plaidant pour faire valoir leurs intérêts et, plus généralement, pour les représenter. On retrouve l’obligation de défense, du secret professionnel, de conseil et parfois la suppléance d’un magistrat.

Notaire : Officier ministériel, il reçoit ou rédige les contrats, les obligations, les transactions et les autres actes volontaires et leur confère authenticité (Conseil, authentification, rédaction). Spécialiste de l’immobilier, il se tourne aussi vers le conseil aux entreprises.

Huissier de Justice : Maillon indispensable de la machine judiciaire, l’huissier a pour mission de « signifier » ou transmettre les actes ou jugements des tribunaux. Il veille à ce que les décisions prises par les magistrats soient exécutées sur le terrain (constat, recouvrement, saisies, expulsions, contrôle de la légalité et du déroulement de jeux/concours).

Les Magistrats : Juger c’est chercher à rétablir l’équilibre, apaiser les conflits, ramener la paix, en faisant appliquer le droit. La vie en société génère en permanence des conflits, des oppositions. Chacun pense être dans son droit et un simple conflit peut se dégrader en violence risquant de rendre impossible toute vie sociale. C’est là que le magistrat intervient en disant à chacun ce qui lui est permis ou interdit de faire. etc.


Les Fonctionnaires

Juriste dans la fonction publique : Si depuis des années, l’Etat recrute régulièrement des juristes, la demande de la fonction publique en « femme et homme de droit » s’est accrue ces dernières années. Notamment du fait de la technicité juridique de bon nombre de dossiers, ces juristes font face à l’accroissement de travail en matière de transposition de normes européennes et à l’augmentation du contentieux devant les juridictions administratives.

Fonctionnaire européen : De la même manière que les juristes dans la fonction publique, les fonctionnaires européens participent au fonctionnement juridique des institutions européennes (le Parlement européen, le Conseil, la Commission, la Cour de Justice et la Cour des comptes)


Les juristes d’entreprise

Membre à part entière de l’entreprise dont il est un cadre salarié, le juriste d’entreprise va rechercher l’adéquation des objectifs que poursuit son entreprise avec les règles de droit qui s’imposent à elle.


Les autres débouchés

Les études juridiques mènent à tout, cet adage anodin aux premiers abords prend tout son sens dans la vie universitaire.

En effet, tout au long de votre parcours universitaire vous allez vous questionner sur votre avenir, vous poser des questions sur votre envie de continuer vos études juridiques. N’ayez crainte, que ce soit à bac + 2, bac + 3 et même plus, vous pourrez toujours vous réorienter dans un autre domaine de formation.

La force des juristes est leur capacité à pouvoir apprendre et surtout comprendre un ensemble de connaissances dans un laps de temps très réduit. Cette qualité très appréciée donne aux étudiants juristes un profil très recherché.

Ainsi, vous pourrez à bac + 2 et bac + 3, vous orienter vers les Ecoles Supérieures de Commerces (ESC) ou les Instituts d’Administration des Entreprises (IAE) où il existe des parcours de gestion ouverts aux juristes. Les parcours dans ces écoles reprennent les fondamentaux dès la première année. Ainsi vous ne devriez avoir aucune lacune au niveau des enseignements dispensés dans ces formations. Néanmoins, dans certaines de ces écoles, des formations juridiques sont proposées tel que des Masters 1 Droit des affaires.

Par ailleurs, certaines universités proposent des cursus d’urbanistes. Seuls quelques établissements proposent ces formations d’excellence où bon nombre de juristes se retrouvent. En effet, cette formation se divise en plusieurs branches, dont celle du droit de l’environnement. Au-delà de votre formation d’urbaniste, vous aurez une spécialité dans le domaine du Droit. Les formations d’urbanisme ont du s’adapter aux nombreuses contraintes légales et ont de plus en plus besoin d’étudiants en Droit, raison pour laquelle elle propose des spécialisations dans le domaine juridique.

En outre, certains étudiants tentent le concours de Sciences Po Paris ou des IEP de province. Votre formation juridique est un atout important dans ce type de concours au regard des aptitudes demandées.

Pour conclure, si certains ont la fibre littéraire, vous pourrez tenter les écoles de journalisme. Seulement 13 formations sont certifiées pour former des journalistes, à vous de bien les choisir ! Votre socle de connaissances et votre méthodologie lors de ces concours sont de véritables avantages comparés aux autres formations. En effet, tout au long de votre cursus vous avez pris l’habitude de rédiger de nombreuses dissertations et autres commentaires d’arrêt, ce qui vous a permis de développer une attention particulière à la syntaxe, l’orthographe et au vocabulaire employé. Qualité que les écoles de journalisme recherchent de part le travail précis qui vous sera demandé tout au long de votre future carrière de journaliste.

Guide des études en droit