Présentation de la filière “Droit”

Le Droit est une filière d’excellence aux spécialisations très recherchées. En effet, si le Droit existe depuis la naissance de la société et parcourt les âges au rythme des hommes, il se confronte à de nombreux préjugés et idées préconçues.

Souvent critiqué pour sa complexité, sa rigueur, le Droit accompagne l’homme et en est l’émanation. Le Droit concerne tous les domaines, de l’Etat au simple particulier, jusqu’au commerce international et au droit social. Pour le conceptualiser, il convient de l’imaginer tel un instrument de musique.

Comme tout apprenti commençant à jouer d’un nouvel instrument, il faut pour ce dernier apprendre le solfège pour connaître les notes et les tonalités.

On découvre un univers complexe et passionnant, mélangeant dialecte ancien et actualité.

La première confrontation avec cette étrange chose que l’on appelle « Droit » est un véritable choc : on découvre un univers complexe et passionnant, mélangeant dialecte ancien et actualité. Comme en musique, le Droit à son jargon, et l’apprenti juriste s’y fera très rapidement, il maniera avec brio les « pacta sunt servanda » et les « in limine litis ».

Une fois que notre petit musicien en Droit avancera en Licence, il verra qu’au fur et à mesure il touchera de plus près la belle mélodie juridique, et il découvrira un peu plus l’étendue du domaine d’application du Droit. Il jouera de mieux en mieux ses partitions et comprendra que pour jouer du Droit à merveille, il faut avant tout connaître son solfège du bout des doigts, solfège fait de règles et de définitions. Il comprendra également que le Droit est avant tout une manière de penser, un pragmatisme imparable ainsi qu’une argumentation construite. L’apprenti juriste verra rapidement ses préférences et notera des affinités avec certaines matières. Le jeune juriste grandira et forgera sa culture juridique petit à petit.

Arrivé en Master, ce dernier pourra se préparer à la vie professionnelle.

La quatrième et cinquième année de Droit (M1 et M2) correspondent à un certain approfondissement, à une réflexion et à une professionnalisation de son avenir. Bientôt le juriste s’émancipera de ses vieilles partitions et pourra composer lui-même.

Si essayer de devenir un virtuose et apprendre aux autres répond aux envies de notre juriste, la thèse amenée après la cinquième année et le Master recherche sera à son goût. Cette dernière fera de lui un contributeur d’un Droit en constante évolution qui lui vaudra le titre de « Docteur ».
Si ce dernier préfère la pratique, il pourra tenter de nombreux concours, afin de s’introduire dans l’orchestre “philarmonicojuridique” du monde du travail.

Vous verrez donc dans votre parcours de juriste toutes les franges de notre monde contemporain. Le Droit est avant tout un mode de réflexion qui s’attache à des intérêts divers et variés. Beaucoup comparerons aussi le Droit à un bon vin, qui se bonifie avec le temps. Mais si nous restons avec notre métaphore musicale, nous dirons que le Droit est une divine mélodie, et que pour en jouer tel un virtuose, il faut travailler et apprendre sa musique classique pour pouvoir espérer le révolutionner et trouver son propre style.

Idées reçues et vérités sur les études en droit.

Il existe énormément d’idée préconçues sur les études en Droit. Qu’elles soient fondées ou non, il convient de revenir sur les mythes et légendes de cette filière parfois mal connue.

  1. « Étudier en Droit se résume à apprendre ses cours par cœur »

    FAUX

    Contrairement à cette idée reçue, les études de droit ne se réduisent pas à du « par cœur ». La mémorisation d’un nombre incalculable de règles de droit ne suffira jamais à faire d’un étudiant un bon juriste. La maîtrise de connaissances est indispensable, mais non suffisante. Les connaissances à mémoriser doivent porter sur les grandes notions, principes et raisonnements essentiels, et non sur les règles de détail. Réussira ses examens l’étudiant(e) qui saura exploiter ses connaissances au service d’un exposé structuré suivant un raisonnement cohérent et rigoureux.

  2. « De toute façon, les facs de Droit ne sont remplies que de fils à papa »

    FAUX

    La qualité et l’histoire des études de droit dans l’enseignement supérieur français fait toujours apparaître cette interrogation chez les novices. Fort heureusement, les études de droit ont su évoluer avec la société permettant une démocratisation de l’accès à cette filière. C’est ainsi qu’on retrouve sur les bancs de la fac une population étudiante aussi hétéroclite que celle de notre pays.

    Cet éclectisme parmi les étudiants permet d’ailleurs bien souvent d’enrichir l’apprentissage, laissant la place des clichés rétrogrades à des débats enrichissants lors de séances de travaux dirigés ainsi qu’en conférences. L’intellect des uns se nourrit du point de vue des autres. Les études de Droit c’est apprendre à réfléchir, à analyser, à nous affranchir de nos préjugés, de notre hétéronomie.

  3. « Le droit, ça mène à tout »

    VRAI / FAUX

    Comme tout adage, un fond de vérité réside dans ces cinq mots, mais ils ne doivent pas être pris au pied de la lettre. Effectivement, le Droit offre un panel de formations extrêmement diversifié aux étudiants souhaitant s’y inscrire, qui bien souvent se lancent sans vraiment savoir ce qu’ils veulent faire plus tard. Cependant, le droit demande une réelle volonté d’investissement et un intérêt profond pour la chose juridique, ces pré-requis sont indispensables à la réussite de chacun dans le domaine de son choix.

    En conclusion, les études de droit permettent à chacun de trouver sa voie à condition de s’en donner les moyens. A ce titre, vous trouverez plus d’informations dans la partie de ce guide sur les débouchés de la filière et les concours que vous pouvez passer.

Guide des études en droit