Qui sommes-nous ?

Tout d’abord, qu’est-ce que l’ARES ? Il ne s’agit pas d’un dieu grec mais bien d’une association. C’est le sigle de la fédération nationale des Associations Représentatives des Etudiants en sciences Sociales. Elle regroupe de nombreuses associations étudiantes issues des filières de sciences sociales, c’est-à-dire des filières de Droit, Eco-Gestion, IAE, AES, etc.

L’ARES est née le 30 janvier 2010 de la volonté de onze associations étudiantes de se regrouper autour d’un projet et de valeurs communes. Comme de nombreuses formations de l’enseignement supérieur, les filières de sciences sociales sont en plein bouleversement. Ces étudiants associatifs ont voulu défendre et promouvoir l’esprit de leurs filières, et, au-delà, l’ensemble des étudiants en Sciences Sociales.

L’Assemblée Générale Constitutive de l’ARES est le commencement d’une dynamique forte, marquant un tournant dans l’histoire des associations étudiantes de Sciences Sociales.

Conseil d'Administration de l'ARES à Strasbourg

Conseil d’Administration de l’ARES à Strasbourg

Ces onze associations, issues d’Universités différentes, marquent, dès l’origine, la pluralité et la diversité de l’ARES. Cette base est sa force.

Le 20 février 2010, la première Assemblée Générale de l’ARES se tenait avec succès à Reims, concrétisant les attentes de ses fondateurs. Au cours de cette AG, de nombreuses problématiques ont été évoquées et l’ARES a pu se fixer les grandes orientations de ses actions futures.

De nouvelles associations ont également profité de cette occasion pour adhérer à l’ARES, se retrouvant dans son esprit de cohésion et son modèle ascendant. En effet, de par son organisation, l’ARES exprime au mieux l’idée de démocratie que nous voulons représenter.

Suite aux premiers communiqués de presse et à ses premières actions, l’ARES est reprise à cette occasion par l’AEF et divers médias locaux. Cette reconnaissance et cet intérêt montre déjà la force et la légitimité croissante de l’ARES dans le domaine des filières de Sciences Sociales.

Dans la foulée, le premier Conseil d’Administration de l’ARES se réunit à Strasbourg le 27 mars 2010. De nouvelles associations viennent grossir les rangs de l’ARES et apporter leur voix aux débats nationaux auxquels l’ARES prend désormais part. Conformément aux statuts de l’ARES, suite à leur adhésion dans les deux mois qui ont suivi sa création, 21 associations de filières membres de l’ARES sont avec honneur les associations fondatrices.

Lors des événements de rencontre de l’ARES suivant sa création, des points tels que les Ecoles Professionnelles du Droit ou la désaffection des filières de Sciences Economiques y sont abordés dans un esprit d’ouverture et d’objectivité.

En complément de ces travaux, motion d’adhésion à la FAGE, Fédération des Associations Générales Etudiantes, organe étudiant représentatif national, est votée à l’unanimité par les associations présentes.

L’ARES a pour buts :
• de fédérer les associations d’étudiants du domaine Sciences Sociales,
• de représenter et de défendre les intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des étudiants du domaine Sciences Sociales, et d’exprimer leur(s) position(s) sur tous les sujets les concernant auprès des pouvoirs publics, des acteurs professionnels du secteur Sciences Sociales et de l’opinion publique,
• de représenter, de défendre et de développer les associations d’étudiants en Sciences Sociales,
• d’informer et de former les représentants associatifs et élus étudiants du domaine Sciences Sociales qui se reconnaissent dans le mouvement associatif indépendant,
• d’engager une réflexion continue sur la nature et l’organisation de la formation et du statut d’étudiant en Sciences Sociales,
• de contribuer à l’esprit de corps entre étudiants en Sciences Sociales,
• de promouvoir l’esprit associatif et de solidarité chez les étudiants en Sciences Sociales.